Le tétanos, ou le trismus, est une maladie neurologique non contagieuse causée par une infection bactérienne. Les chevaux son particulièrement vulnérables au tétanos, et des individus de tous âges et de toutes races sont touchés dans le monde entier.

Les spores du tétanos sont particulièrement dangereuses pour les chevaux, car elles survivent pendant de longues périodes et peuvent être présentes partout dans l’environnement, y compris dans le sol, la poussière, le fumier et même le tractus digestif. [1][2][3]

La plus petite des blessures peut rendre un cheval vulnérable au tétanos une fois que ces spores pénètrent dans le corps. Heureusement, le tétanos est entièrement évitable grâce à une immunisation régulière et à d’autres mesures de protection. [4]

Le traitement du tétanos implique l’administration d’antibiotiques, d’antitoxines, de tranquillisants ou d’autres médicaments pour minimiser les signes cliniques et rendre le cheval plus à l’aise. [3]

Le pronostic pour les chevaux atteints est généralement très mauvais, entraînant souvent la mort ou l’euthanasie. Cependant, le résultat dépend de facteurs individuels, notamment de l’état de vaccination et des soins de soutien prodigués. [5]

Le Tétanos chez les chevaux

Le tétanos est une maladie bactérienne qui est fréquemment mortelle chez les chevaux et les humains sans une intervention médicale rapide. Les chevaux sont plus sensibles à l’infection par le tétanos que la plupart des autres animaux, y compris les bovins, les chiens et les humains. [2]

L’infection est causée par les spores de la bactérie Clostridium tetani, qui peuvent être trouvées partout dans l’environnement. On suppose que tous les sols du monde entier sont contaminés à un certain degré par C. tetani. [5]

Ces spores entrent dans le corps du cheval par des blessures profondes, bien que les chevaux avec des blessures superficielles soient également exposés au risque d’infection. Les chevaux avec des ulcères ou des blessures dans le tractus gastro-intestinal peuvent être infectés après avoir ingéré des excréments infectés. [3]

Dans des conditions anaérobies (faible teneur en oxygène), comme on peut trouver dans les blessures, ces spores créent une neurotoxine puissante appelée tétranospasmine (TeNT) et une hémolysine appelée tétranolysine.

La TeNT provoque des contractions musculaires incontrôlables et des spasmes dans le corps en bloquant la neurotransmission. La tétranolysine provoque une nécrose (mort) des tissus, assurant des conditions anaérobies qui sont propices à la multiplication des bactéries. [1][5]

Le tractus gastro-intestinal

Les spores de C. tetani peuvent être présentes dans le tractus gastro-intestinal du cheval, où elles peuvent survivre sans être détectées pendant de longues périodes sans causer d’infection ou de signes cliniques chez le cheval. Ces spores peuvent se propager entre les animaux par les excréments. [3]

Si un cheval avec des ulcères gastriques ou intestinaux ingère C. tetani provenant des excréments d’un autre cheval, les bactéries peuvent pénétrer dans la circulation sanguine par ces blessures. On estime que 10 à 20% des chevaux ont C. tetani dans leurs excréments. [6]

Maintenir un tractus gastro-intestinal sain et prévenir les ulcères peut aider à prévenir l’infection par le tétanos en limitant les sites d’entrée dans le système circulatoire.

Signes cliniques

La période d’incubation de l’infection par le tétanos est d’environ 7 à 8 jours, mais selon les cas individuels cela peut varier de 3 à 28 jours.

Les signes et symptômes suivants peuvent suggérer que le cheval a le tétanos : [1][4][5]

  • Raideurs générales
  • Spasmes musculaires (allant de légers à graves)
  • Difficulté à mâcher, à avaler et à boire
  • Prolapsus de la troisième paupière
  • Hyperesthésie (sensibilité au toucher)
  • Transpiration et fièvre
  • Convulsions
  • Posture particulière et caractéristique du cheval : basculement du poids sur les postérieurs
  • Arrêt respiratoire
  • Mort

Si votre cheval présente des signes de tétanos, contactez immédiatement votre vétérinaire pour une consultation.

Prolapsus de la troisième paupière

La troisième paupière, ou membrane nictitante, se trouve sous les autres paupières du cheval, dans le coin intérieur de l’œil. Cette couche de la paupière offre une protection supplémentaire contre les traumatismes et peut s’étendre vers le haut en réponse à une irritation ou une inflammation. [7]

Un signe clinique courant du tétanos est la protrusion de ce tissu rose du coin de l’œil, également connu sous le nom de prolapsus de la troisième paupière.

Aux premiers stades de la maladie, la troisième paupière peut brièvement entrainer un prolapsus après avoir été touchée. Le tissu s’étendra sur les autres parties de l’œil et deviendra clairement visible lorsqu’il est touché, avant de revenir progressivement à sa position naturelle. [7][8]

À mesure que la maladie progresse, le prolapsus oculaire peut devenir permanent.

Spasmes musculaires

Dans les cas avancés de tétanos, les spasmes commencent à impliquer le cou et la gorge, ce qui entrave la capacité du cheval à avaler. [8]

Les spasmes musculaires peuvent également perturber les systèmes respiratoires et circulatoires, augmentant le rythme cardiaque du cheval and son rythme respiratoire. Cela peut entraîner une congestion des muqueuses et, par conséquent, une insuffisance respiratoire et la mort. [8]

Les facteurs de risque

Plusieurs facteurs de risque sont associés au tétanos chez les chevaux. Les blessures par perforation profonde (généralement à la sole du pied, au muscle de la jambe inférieure ou à la tête), les plaies contuses, les lacérations et les incisions chirurgicales peuvent facilement être contaminées par des spores infectieuses. [1][5][8]

Les tissus exposés, tels que l’ombilic (ou nombril) des poulains nouveau-nés, sont également susceptibles d’une infection par le tétanos, bien que cela soit rare.

La localisation géographique influence également le risque de tétanos. C. tetani peut être trouvé dans le sol de toutes les régions du monde, avec une présence plus élevée dans les régions chaudes et humides comme l’Afrique, l’Asie du Sud-Est, l’Inde et le sud des États-Unis.

Les régions à climat plus frais, comme le Canada, la Norvège, l’Angleterre et la Suède, présentent une prévalence plus faible de cas de tétanos. Le sol de la section nord des montagnes Rocheuses ne contient pratiquement aucun organisme C. tetani, ce qui rend le tétanos extrêmement rare dans cette région. [2][3]

Prévention

La meilleure façon de réduire le risque de développement du tétanos chez votre cheval est de rester à jour sur les vaccinations antitétaniques.

Les vaccins offrent une protection contre les maladies graves chez les chevaux. Quatre vaccins de base sont recommandés pour prévenir les maladies graves chez les chevaux, notamment : [9]

  • La rage
  • Le tétanos
  • Le virus du Nil occidental
  • L’encéphalite équine de l’Est (EEE)

Ces vaccins sont sûrs et efficaces contre les maladies endémiques ou hautement infectieuses, ce qui justifie leur utilisation pour la majorité des chevaux. [10]

Vaccin antitétanique (toxoïde)

Le vaccin antitétanique pour les chevaux, également connu sous le nom de toxoïde tétanique (TT), est un vaccin à toxoïde qui confère une immunité active artificielle contre les infections par le tétanos.

Ce vaccin est fabriqué en inactivant chimiquement la toxine du tétanos, produisant un toxoïde qui ne peut pas causer de maladie. Lorsqu’il est administré au cheval, le toxoïde stimule une réponse immunitaire contre la toxine du tétanos sans nuire au cheval.

Une fois correctement vacciné, le cheval est désormais protégé par une antitoxine qui neutralise toute toxine du tétanos présente dans le corps. [11]

Tous les vaccins disponibles sont inactivés par le formaldéhyde et sûrs. Ils induisent une immunité active de longue durée, ce qui empêche le développement de l’infection par le tétanos chez le cheval. [1]

Il est important de noter que la réponse immunitaire au toxoïde tétanique peut varier d’un cheval à l’autre. L’immunité contre l’infection par le tétanos peut ne pas durer les 12 mois complets entre les rappels.

Chevaux adultes

Il est généralement recommandé que tous les chevaux adultes reçoivent une série de vaccination en deux doses en utilisant un toxoïde tétanique deux fois (3 à 6 semaines d’intervalle), suivie d’une injection de rappel annuelle.

Si un cheval subit une intervention chirurgicale ou subit une blessure plus de six mois après son dernier rappel, une revaccination immédiate est recommandée. [10]

Les chevaux qui survivent au tétanos n’ont pas d’anticorps supplémentaires ou d’immunité contre la maladie et restent sensibles à C. tetani et à la TeNT. Les chevaux survivants doivent être vaccinés chaque année.

Poulains

Pendant les 3 à 4 premiers mois de vie, un poulain dépend des immunoglobulines protectrices absorbées du colostrum de la jument pour son immunité. Le colostrum, ou « premier lait », est le liquide crémeux et jaune excrété par les mamelles de la jument immédiatement après la naissance. [12]

Le colostrum fournit au poulain d’importants anticorps maternels qui le protègent contre les maladies infectieuses, y compris le tétanos. Dans les 12 premières heures de vie, le poulain devrait recevoir environ 2 chopes de lait de sa mère. [12]

Les poulains nés de juments non vaccinées sont plus susceptibles d’être infectés par le tétanos car ils manquent de certains anticorps. Si le poulain nouveau-né ne reçoit pas un transfert passif suffisant d’anticorps du colostrum de la jument, votre vétérinaire peut décider d’administrer l’antitoxine antitétanique à la naissance.

Il est généralement recommandé que les poulains reçoivent une série de trois doses de toxoïde tétanique : [13]

  • Première dose entre 1 et 4 mois
  • Deuxième dose 4 semaines après la 1ère dose
  • Troisième dose 4 semaines après la 2ème dose

Les poulains de juments récemment vaccinées devraient recevoir le toxoïde tétanique à 3, 4 et 6 mois, une fois que l’immunité passive a diminué. Cela est suivi d’une injection de rappel annuelle. [10]

Juments gestantes

Les juments gestantes devraient être vaccinées avec le toxoïde tétanique de 4 à 6 semaines avant le poulinage. Cela aide à la protéger contre tout traumatisme ou blessure induits par le poulinage et fournit au poulain une protection anticorps contre les bactéries. [14]

Prévention des blessures et des infections

Bien que la vaccination soit la meilleure ligne de défense contre le tétanos, éviter les blessures est également important pour minimiser le risque d’infection.

Si votre cheval est blessé, rincez et nettoyez soigneusement la zone avec un savon antibactérien pour la désinfecter et prévenir l’infection par le tétanos. Administrez les premiers soins appropriés.

Assurez-vous toujours que les paddocks, les boxes et les pâturages sont débarrassés de tout débris et de matériaux pouvant potentiellement blesser aux chevaux et entraîner une infection. Cela comprend, entre autres, les métaux rouillés, les vieux équipements agricoles et les arêtes vives des clôtures, des mangeoires et des abreuvoirs.

Diagnostic et traitement

Le diagnostic du tétanos chez un cheval est généralement simple et repose sur la présence de signes cliniques et de l’historique des blessures. Dans certains cas, les cliniciens vétérinaires prélever un échantillon de sang sur le cheval affecté pour tester la présence de la toxine du tétanos. [8]

Une attention immédiate est nécessaire après le diagnostic. Les chevaux qui se rétablissent du tétanos nécessitent des soins de soutien intensifs et doivent être surveillés attentivement. [3]

Administration d’antitoxine

Indépendamment du statut de vaccination du cheval, votre vétérinaire injectera généralement au cheval du toxoïde tétanique après le diagnostic. Cela augmentera les anticorps contre la neurotoxine dans le corps et améliorera le pronostic. [8]

L’injection de grandes quantités d’antitoxine (50 000 à 200 000 UI) dans l’espace sous-arachnoïdien ou la zone entourant le cerveau et la moelle épinière est un traitement courant du tétanos. [15]

Cependant, le traitement du cheval avec des doses répétées et élevées d’antitoxine ne neutralisera que les toxines circulant dans le sang et non celles qui sont déjà fixées au système neuromusculaire. Cela rend les résultats extrêmement variables, en fonction de la période d’incubation et de la réponse immunitaire du cheval individuel. [11]

Il faut faire preuve de prudence lors de l’administration de l’antitoxine par voie intraveineuse, car cela peut induire une anaphylaxie ou une hypersensibilité. [3]

Antibiotiques

La pénicilline, la streptomycine et le métronidazole sont souvent utilisés pour traiter le tétanos. Ils peuvent tuer la forme végétative de C. tetani, empêchant ainsi la multiplication des bactéries et la production de plus de neurotoxine (TeNT) dans le corps.

Des antimicrobiens à large spectre peuvent également être utilisés. [15]

Les antibiotiques sont couramment administrés en association avec l’antitoxine pour prévenir la multiplication des bactéries pendant que l’antitoxine neutralise les toxines circulant dans le sang.

Relaxants musculaires, tranquillisants et sédatifs

Les cliniciens peuvent administrer des tranquillisants de type phénothiazine (acépromazine et chlorpromazine) pour tranquilliser les chevaux en phase de rétablissement et réduire les spasmes musculaires. Ce traitement est efficace et présente peu de risques d’effets indésirables. [4]

Les tranquillisants détendent les muscles squelettiques tout en permettant au cheval de rester debout. Ces médicaments n’altèrent pas la fonction respiratoire ni les réactions aux stimuli externes.

Après plusieurs injections, les spasmes musculaires légers à modérés peuvent être soulagés. Cependant, les phénothiazines ont peu d’effet sur les spasmes et les convulsions graves.

Les chevaux atteints de formes avancées de tétanos peuvent répondre au traitement par le diazépam seul ou en association avec la xylazine.

Le diazépam en combinaison avec la chlorpromazine peut être administré pour réduire les convulsions et les réactions hypersensibles chez les patients équins. [15]

Soins de soutien

Les bruits forts, les lumières vives, l’excitation dans leur environnement et le toucher peuvent aggraver les symptômes et surstimuler les chevaux affectés.

Les chevaux en traitement du tétanos doivent être gardés dans un box calme et sombre. Cela peut aider à prévenir l’anxiété et à réduire les spasmes musculaires. [15]

Les chevaux atteints de tétanos sont souvent raides et incapables de se baisser. Toute source de nourriture et d’eau dans le box doit être maintenue à une hauteur permettant une utilisation sans avoir à bouger la tête vers le haut ou vers le bas.

Dans les cas graves, les chevaux atteints peuvent être soutenus par une sangle s’ils ont du mal à se tenir debout seuls. Une intubation nasogastrique ou une perfusion intraveineuse (IV) peut être nécessaire pour prévenir la déshydratation chez les chevaux incapables de boire. [16]

Pronostic

Le taux de mortalité des chevaux atteints de tétanos est de 80 %.

La probabilité de survie dépend du système immunitaire du cheval, de son statut de vaccination et de la période d’incubation avant le début du traitement. Les chevaux sous-alimentés peuvent également avoir un pronostic plus défavorable. [4][5][17]

Les chevaux qui survivent et restent debout pendant les 7 à 10 premiers jours de la maladie ont un meilleur pronostic vital. Dans ces cas, la guérison du tétanos peut prendre environ 2 à 6 semaines. [8][16]

Références

  1. Tetanus in Horses. Ontario Ministry of Agriculture, Food & Rural Affairs.
  2. Popoff, M. R .Tetanus in animals. J Vet Diagn Invest. 2020.
  3. Stämpfli, H. R. Tetanus in Horses. Merck Veterinary Manual. 2019.
  4. Green, S. L. Tetanus in the Horse: A Review of 20 cases (1970 to 1990). J Vet Intern Med. 1994.
  5. Kay, G. & Knottenbelt, D. C. Tetanus in equids: A report of 56 cases. American Association of Equine Practitioners (AAEP). 2007.
  6. Roper, M. H. Vaccines (Sixth Edition). Elsevier. 2013.
  7. Gelatt, K. N. Eye Structure and Function in Horses. Merck Veterinary Manual. 2022.
  8. Gračner, D. A twenty-year retrospective study of tetanus in horses: 42 cases. Veterinarski Arhiv. 2015.
  9. Guidelines for the Vaccination of Horses. Ontario Ministry of Agriculture, Food and Rural Affairs.
  10. Tetanus. American Association of Equine Practitioners.
  11. Jansen, B. C. & Knoetze, P. C. The immune response of horses to tetanus toxoid. Onderstepoort J. vet. Res. 1979.
  12. Fairfield, B. T. Collecting Colostrum. American Association of Equine Practitioners. 2016.
  13. Rood, K. A. Equine Immunity, Vaccination Guidelines and Recommendations. Utah State University cooperative extension. 2008.
  14. Barnett, C. D. Guidelines for Vaccination of Horses. American Association of Equine Practitioners (AAEP). 2001.
  15. Stämpfli, H. R. Tetanus in Animals (Lockjaw). Merck Veterinary Manual. 2021.
  16. Vörös, K. Clinical signs and treatment of equine tetanus. Magyar Allatorvosok Lapja. 2001.
  17. Ribeiro, M.G. et al. Tetanus in horses: an overview of 70 cases. Pesq Vet Bras. 2018.